Des formations, pourquoi et pour quoi ?

Certains professionnels se sentent démunis face aux attitudes à adopter lorsqu’un enfant, un adolescent ou un adulte en situation de handicap ou de grand âge les interpelle quant à la sexualité, à la vie, à la mort.

Les modalités d’intervention questionnent : comment assurer une éducation relationnelle, affective et sexuelle ainsi qu’un accompagnement adapté à chaque situation? Qui doit intervenir ? À quel moment ? De quelle manière ? Selon quelles bases éthiques et théoriques ? Avec quels objectifs ? Quels sont les risques éventuels ?

Nous partageons une époque où le temps semble devenir une denrée de plus en plus rare dans le domaine de la relation d’aide et des soins. Pourtant, il me semble plus que jamais primordial d’offrir aux professionnels des équipes éducatives et soignantes des temps de répit et de ressourcement, afin qu’ils puissent ensemble faire face aux enjeux auxquels ils sont quotidiennement confrontés.

Soutenus par un cadre éthique clair et sécurisant, nous regardons les situations vécues, interrogeons nos représentations et avançons avec respect et détermination dans cet espace où l’intime de chacun est convoqué. Réfléchir, dialoguer, communiquer, partager, écouter et agir demeurent des pistes d’ouvertures et d’avenir pour soutenir la prise en compte de l’être, la présence à soi-même et à autrui et le développement au sein des institutions.

Des formations, selon quelles méthodes ?

La visée est d’articuler action et réflexion.

Les techniques d’animation utilisées tout au long de la formation sont interactives. Les échanges de réflexions, d’expériences et de connaissances entre les membres du groupe (participants et formatrice) occupent une place centrale dans la formation. La plupart des thèmes et exposés théoriques sont introduits et travaillés à partir d’exercices pratiques réalisés en sous-groupes et/ou en grand groupe, à partir de supports variés faisant appel à la créativité individuelle ou collective, selon les spécificités de chacun.

Ces différentes méthodes visent à susciter la réflexion des participants et sont suivies d’une synthèse ainsi que d’un apport de documents relatifs au thème abordé.

Afin de garantir le bon fonctionnement du groupe, des principes de base sont évoqués en début de formation tels que l’écoute mutuelle, le respect de chacun, le droit à la parole et au silence, la participation active de tous, la confidentialité, etc.

La progression est souple, veillant à articuler au mieux les objectifs préétablis et les attentes exprimées par les participants.

Parteneriat avec Inclusion asbl

Chaque année, une formation EVRAS est organisée pour Inclusion-asbl, en duo avec Joël Ghysels. Elle est destinée aux professionnels et aux parents qui accompagnent des personnes déficientes intellectuelles dans leur vie affective, relationnelle et sexuelle.

Prochaines dates : 5 novembre 2019 – 2, 3 et 19 mars 2020

Vers Inclusion-asbl

 

En savoir plus ?

Chaque situation, chaque projet est unique. Les formations sont dès lors élaborées à partir d’une rencontre qui permettra de clarifier les attentes, d’évaluer les besoins.

A cette fin, je vous invite à me contacter pour ensemble définir les modalités du projet qui sera le vôtre.

–> CONTACT

Un groupe de parole, qu’est-ce que c’est ?

Le groupe de parole est un lieu d’expression, qui permet aux participants de souffler, de se détendre, dans lequel ils peuvent dire un peu de ce qu’ils vivent au jour le jour et prendre une distance émotionnelle par rapport à leur vécu. C’est un temps d’arrêt, un réceptacle de la souffrance, et plus globalement de leur vécu, de leur expérience émotionnelle qui, étant nommés, acquièrent place et reconnaissance. Le groupe de parole s’institue comme rite d’accompagnement, réponse possible au caractère difficile de ce qui est vécu, par le caractère guérisseur que peut prendre la parole.

Le groupe de paroles peut se révéler lieu d’initiation au travail sur soi et à la reconnaissance, permettant ainsi à chacun de cheminer vers un mieux-être, et dès lors de vivre les interactions plus sainement et sereinement. Le travail sur soi permet de mieux comprendre la relation à l’autre, car le face à face avec le handicap, la maladie ou la vieillesse réactive inévitablement le vécu d’adulte et d’enfant. Le participant, en prenant soin de lui-même, apporte à l’autre de meilleurs soins.

Ces temps d’échange, de contact, de parole permettent à chacun de mieux se comprendre et de vivre dans une atmosphère plus constructive et positive.

Groupe de parole pour parents : écoute et partage pour mieux vivre la confrontation au handicap et à la sexualité

Un groupe de parents se retrouve tous les deux mois à Gembloux pour une soirée d’échange. Ce qui les rassemble? Tous se sentent concernés et parfois interpellés par ce que vit leur enfant au niveau affectif et sexuel.

Lors de ces soirées, nous veillons à préserver l’intimité de chacune des personnes en situation de handicap, et nous apprenons petit à petit à mettre des mots sur ce que leur sexualité touche en nous. Pas à pas, avec beaucoup de respect, nous avançons au rythme de chacun, abordant des thèmes qui nous préoccupent, partageant nos joies et nos peurs, nos élans et nos freins.

C’est un moment pour les parents, les papas et les mamans, sans les personnes en situation de handicap. Non pas pour parler d’eux, mais pour évoquer ce que nous vivons nous, parents, à leur contact.

Aborder ce thème n’est pas facile. Dès lors, il s’agit d’un groupe continu, ce qui permet à chacun de s’apprivoiser, posant des mots sur cet intime qui en d’autres circonstances reste non dévoilé.

J’accompagne le groupe afin de stimuler les échanges, d’offrir un apport théorique lorsque c’est nécessaire et de soutenir un cadre éthique.

Ce groupe est organisé en partenariat avec Inclusion-asbl

Envie d’en savoir plus ?

Groupe de parole pour professionnels

De manière ponctuelle ou continue, ce type de groupe vise à retrouver, autour de l’arbre à palabre, la sécurité de base d’un groupe de professionnels, en vue de trouver des réponses et attitudes appropriées face à l’insécurité des usagers, aux effets d’incertitude et à l’aléatoire. Ce n’est pas un espace thérapeutique, ni espace de supervision de cas. Aucun compte rendu n’en est effectué : la confidentialité en est une règle de base, nécessaire à l’élaboration d’une parole libre et réparatrice.

Ces groupes se constituent à la demande des équipes de professionnels, et avec le soutien de l’équipe de direction.

Ces groupes s’organisent à la demande, au sein des institutions.

Envie d’en savoir plus ?

Groupe de parole pour personnes vivant avec un handicap

Ce groupe vise à soutenir la qualité de vie, à préserver la dignité et à retrouver un projet personnel.

J’apporte mon soutien aux équipes éducatives pour créer un cadre dans lequel chaque femme,  chaque homme est invité à tenter de s’exprimer et est libre de prendre le temps qui lui est nécessaire. Et peut ainsi se redécouvrir dans un groupe, avec les forces et limites qui sont aujourd’hui les siennes. Nous travaillons donc dès lors dans « l’ici et maintenant », poursuivant un travail de développement personnel et de réappropriation de l’affirmation de soi : il s’agit de se centrer sur le vécu propre à chacun, qui touche à son intimité, et petit à petit de réapprendre à s’exprimer davantage auprès de ses proches, sachant mieux identifier et exprimer ses besoins et ressentis.

Le cadre des rencontres est clair. Chacun s’engage au respect des règles de fonctionnement que nous élaborons ensemble et à l’assiduité pour permettre l’élaboration d’un climat de confiance. Chacun vient pour parler de soi, écouter, pour se poser, s’arrêter, s’interroger. Chacun a le droit de parler ou de se taire, de faire ou de ne pas faire, chacun a sa place et est invité à la prendre dans le respect de tous. Ce cadre s’articule autour d’un rituel repris lors de chaque rencontre, tant pour l’accueil que pour la clôture. De plus, des règles de fonctionnement indispensable au climat de sécurité sont établies : l’expression en terme de « je », le non-jugement, et la confidentialité. L’animatrice est la garante du cadre et des règles

C’est aussi un lieu où des femmes et des hommes peuvent se rencontrer pour :

  • Parler et écouter
  • Dévoiler leur expérience et leur manque d’expérience de vie : ce qu’ils sont, ce qu’ils vivent, ce qu’ils aiment ou n’aiment pas, ce qu’ils ressentent
  • Explorer ce qu’ils ont en commun et ce qui les différencie
  • Se risquer à évoquer leurs désirs
  • S’enrichir au contact les uns des autres pour mieux vivre leurs relations amoureuses et amicales

Envie d’en savoir plus ?

Orientation professionnelle

Anne Dasnoy

______________

Thérapeute du lien, je mets l’accent sur ce qui se vit dans le moment présent. Mon but est d’offrir à chacun accompagnement et soutien sur le chemin choisi : non pas changer la personne, mais trouver avec elle des ajustements qui lui permettront de vivre mieux les situations qui sont les siennes. A partir d’une relation vécue avec authenticité, bienveillance et respect, je soutiens un processus de transformation durable.

Une longue pratique de terrain auprès des personnes en situation de handicap et des personnes âgées ou en fin de vie, m’a amenée à créer des activités de formation centrées sur la vie affective et sexuelle ainsi que sur ce qui entoure la mort, vécue dans une dynamique de vie.

Ma formation en Gestalt-thérapie m’a amenée à créer un espace de consultations ouvertes à tous. Sont également accueillies des personnes qui dépendent d’autres personnes (suite à un vécu de handicap ou de maladie, au moment de la fin de vie,…) ainsi que leurs aidants proches, parents et professionnels.

L’ensemble de ces activités se déroulent en ouverture à la sexualité et à l’amour, à la vie et à la mort, à la communication et au lien.

Formation

Institutrice primaire (1986) j’ai accompagné des enfants vivant avec une déficience intellectuelle, pendant une quinzaine d’années.

Licenciée en Sciences de l’Education-psychopédagogie (UCL 2002), agrégée pour l’enseignement secondaire (UCL 2003) et ayant le certificat d’aptitude pédagogique pour l’enseignement supérieur (CAPAES 2008), je me suis orientée vers l’accompagnement et de la formation des adultes. Une valorisation des acquis centrée sur mon expérience professionnelle m’a permis d’acquérir le titre d’orthopédagogue clinicienne (AFO – Association Francophone des Orthopédagogues Cliniciens)

La formation à la Gestalt-thérapie du lien (Institut ChampG, Roubaix, 2018) confirme mon engagement dans l’accompagnement et le soin aux personnes.